FAQ

Sur les différentes pages du site, vous trouverez, nous l’espérons, des explications à vos questions concernant le tampon thermique HoCoSto et le système HoCoSto. La plupart des questions trouvent leur réponse dans les projets, les applications et les nouvelles – en bref, dans nos exemples concrets. Vous trouverez ci-dessous des réponses aux « questions fréquemment posées », car pour beaucoup, le monde durable peut encore être un monde nouveau. Si vous souhaitez obtenir de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter.

Toutes les municipalités ne sont pas immédiatement prêtes à gérer cette innovation du point de vue des réglementations. Notre expérience au Pays-Bas est qu'un rapport détaillé est souvent suffisant. Un stockage HoCoSto est également autorisé dans les zones de protection des eaux souterraines, à condition que la réglementations environnementale régionale soit correctement justifiée. Veuillez nous contacter pour des renseignements.
Le stockage est modulable en longueur, largeur et profondeur. Mais la limite inférieure est de 85m3. Il y a deux raisons à cela. Le premier est économique : un stockage plus petit est techniquement inefficace en termes de coût (ROI versus gaz de référence). La deuxième raison est physique : à 85m3 le poids est égal à la flottabilité créée par l'isolation. Un stockage inférieur à 85m3 peut apparaître malgré la contre-pression de l'eau. La limite supérieure est déterminée par les besoins énergétiques et la surface disponible. Les stockages supérieurs à 1500m3 sont de préférence placés en cascade.
  1. En cas de demande de refroidissement : la chaleur extraite du bâtiment pendant les mois d'été est stockée dans le tampon pour être utilisée en hiver (de cette façon, le nombre de capteurs de chaleur peut être réduit).
  2. A la fin de l'hiver : vous extrayez alors l'énergie résiduelle du tampon au moment où la température du tampon est devenue si basse que l'échange de chaleur (exergie) n'a plus lieu. Il est inefficace d'utiliser le tampon lors de son chargement : la pompe à chaleur fonctionnera alors à un COP très faible.
  1. En cas de demande de refroidissement : la chaleur extraite du bâtiment pendant la période estival est stockée pour une utilisation en hiver (de cette manière, le nombre de capteurs de chaleur peut être réduit)
  2. A la fin de l'hiver : vous extrayez alors l'énergie résiduelle du stockage au moment où la température du stockage est devenue si basse qu'il n'y a plus d'échange thermique (exergie). Il est inefficace d'utiliser le stockage lors de son chargement : la pompe à chaleur fonctionnera alors avec un COP très faible.
Ce « spaceframe » est purement constructif : il maintient la pente des murs intacte et assure la rigidité. Après placement, le stockage est isolé et recouvert de terre. Ensuite, la zone au-dessus peut à nouveau être utilisée comme pelouse, aire de jeux, jardin ou parking. De cette façon, les rares mètres carrés sont utilisés deux fois!
En principe, jusqu'à 0 degré C peut être extrait. La façon dont vous traitez cette énergie est gratuite. Avec le chauffage basse température (chauffage au sol) vous pouvez extraire jusqu'à 30 degrés sans utiliser d'aides (pompe à chaleur). Avec les radiateurs, une température plus élevée est requise. A la sortie de l'hiver, une petite pompe à chaleur eau/eau peut aider. Celui-ci utilise ensuite le stockage comme source.
L'eau dans le stockage est un maximum de 90-95 degrés Celsius. Ces températures élevées garantissent que le stockage saisonnier est possible. Lors de l'utilisation de capteurs solaires, environ 50 % de l'énergie générée est transférée au stockage. La chaleur restante peut être fournie directement au bâtiment (ECS et chauffage).
La chaleur est stockée dans l'eau. Le stockage est rempli avec de l'eau du réseau ou, dans le cas de bonne qualité, avec les eaux souterraines libérées lors du assèchement de puit. L'eau reste dans le stockage. Les matériaux de protection industrielle et les feuilles solides retiennent l'eau dans le stockage. Les échangeurs de chaleur assurent le transport de la chaleur. L'eau du stockage n'entre donc pas en contact avec l'eau potable.